CONCOURS: «le port du casque à vélo: c’est pas obligatoire c’est juste indispensable»

Évasion urbaine
Aviateur, au survol des territoires urbains dessinés par les voies de circulation, et captivé par le graphisme des territoires parisiens, tu as choisi d’entamer un voyage au cœur de l’urbain. Empreint du pouvoir d’évasion de l’aviation, la ville devient ton nouveau sujet d’exploration. Pars en voyage à travers la ville. Citoyen moderne, bonne route!

De la technique
Dans l’idée de signifier la fragilité et la protection, nous avons souhaité proposer un casque où le matériau s’inscrit dans un savoir faire, empreint d’histoire. Travailler le cuir par la technique du sur-picage en se servant des coutures pour délimiter les différentes facettes de ce casque. Par l’étude de la géographie interne de la tête, nous avons placé des triangles et polygones de mousse pour délimiter des zones précises de protection. Elles évoquent la manière dont les rues des villes divisent et relient une quantité de petits territoires. Du territoire crânien, géographie fragile, au territoire urbain, parcouru et à parcourir.

La mode en tête
Dans la mouvance actuelle de mélange des genres, nous avons créé une protection élégante et sobre pour être autant appréciée des hommes que des femmes. Encore peu maîtrisé dans le paysage de la mode urbaine, nous avons revu le casque à vélo à la hausse, non pas comme un accessoire de mode additionnel mais comme véritable habillage de tête autant élégant qu’efficace. Dans notre idée du casque comme élément indispensable, nous avons créé un élément protecteur qu’on aime porter

 

 

 

Projet réalisé en collaboration avec Quentin Simonin et Arnaud Gauthier.